NUIT ORANGE

 

Un sentiment de folie
Qui pousse comme une trace
Et nos corps à l’insomnie
Quand le tien est de glace

Et moi je bois le cafard
Dans ton oreille noire

Le poison sur la pelouse
De tes lèvres aigre-douces

Pour toi la nuit
Se mange comme une orange
Quand vient l’envie
Reste ce qui nous arrange

La nuit nos fleuves qui se mélangent
Nos fils qui se branchent
La nuit nos fleuves qui se mélangent
Notre lit qui penche

Le sable rouge de Séville
Qui danse dans les flammes
Et les effluves de vanille
De ton fleuve pivoine

Et toi tu manges le hasard
De tes matins brouillard
Le poison sur la pelouse
De tes lèvres andalouses

Pour toi la nuit
Se mange comme une orange
Quand vient l’envie
Reste ce qui nous arrange

La nuit nos fleuves qui se mélangent
Nos fils qui se branchent
La nuit nos fleuves qui se mélangent
Notre lit qui penche

 

Menu Title